A5S15 : TOUS Badminton ! Une approche innovante des élections fédérales

En ces temps de crises, le sport semble passer légitimement au second plan. Pour autant, se projeter dans l’avenir relève autant de la préservation de la santé mentale que de la responsabilité : quelle place le sport occupera-t-il dans la société ? Candidats aux prochaines élections à la fédération française de badminton (FFBaD), nous proposons de rompre avec les vieilles habitudes ancrées dans un monde sportif qui n’a pas su évoluer avec la société.

D’un vote de fidèles à un vote de convictions

En dépit du scrutin de listes (dans les communes et dans certaines fédérations sportives), les électeurs restent attachés à la personnalité de la tête de liste. Quitte à suivre un “leader” sans nécessairement connaître ses idées, mais par fidélité territoriale, pour une question de notoriété ou par intérêt personnel.

S’il est important d’inspirer confiance lorsque l’on brigue la présidence d’une institution, l’intérêt général doit inciter à se focaliser sur les projets. Le président ou la présidente devra incarner sa fédération, sans tomber dans une forme d’autocratie. La personnification d’une liste ou d’un projet alimente ce risque. Au détriment d’une vision claire pour l’avenir qui pourtant fédérerait sur de meilleures bases.

Un scrutin « anonyme » où seuls les projets sont soumis au vote ne semble pas d’actualité pour l’instant. Un jour peut-être. Nous avons fait le choix du débat de fond et du collectif. Le choix de présenter notre ambition pour notre sport plutôt que de mettre en avant la personne providentielle qu’on suivrait aveuglément. Ce qui, bien évidemment, n’empêchera pas de présenter dans les prochaines semaines les personnalités qui composent ce collectif.

Changer les pratiques pour plus de transparence

Proposer un programme fait de belles promesses dont personne ne pourra évaluer la réalité ou l’efficacité ? Ce n’est pas une fatalité. Une approche plus scientifique des élections permet de changer la donne :

  • Partir d’un état des lieux aussi exhaustif que possible : il faut un point de départ factuel, global, objectif et partagé. C’est le sens de l’observatoire des pratiques que nous avons créé en 2019 (TOUS Badminton !). A l’heure des données de masse (big data), le sport doit s’appuyer sur ces outils d’analyse, que ce soit dans le développement des pratiques ou la recherche de performance
  • Décrire une vision claire sur ce que l’on veut pour notre discipline à court et long terme, un horizon à atteindre et qui rassemble. C’est ce que nous proposons à travers notre manifeste pour un badminton épanouissant, solidaire et fédérateur
  • Identifier des indicateurs objectifs pour évaluer la mise en œuvre du projet que nous portons. Chaque membre de la communauté doit être en capacité de comprendre un projet fédéral mais aussi de mesurer son impact

La co-construction comme réponse à la défiance

La FFBaD n’a pas toujours bonne presse auprès des badistes. Il en est de même pour la classe politique de manière générale auprès des citoyens. La relation de confiance est cassée. Pour y répondre, nous avons fait le choix de la co-construction : associer toutes les parties prenantes (bénévoles, professionnels, officiels techniques, éducateurs, sportifs de haut-niveau, parents, …) sur tous les territoires pour débattre de la réalité du badminton d’aujourd’hui.

Être au plus proche des publics cibles des politiques fédérales est une évidence. Ce n’est pourtant pas une réalité. Les outils ne manquent pas :

  • La page institutionnelle de la FFBaD est souvent considérée comme un défouloir pour les badistes mécontents. Il manque un lieu d’échange, de pédagogie, de débats constructifs et éclairés. C’est pour cela que nous avons lancé un groupe de discussions ouvert à tous et à toutes avec chaque semaine un thème traité de manière factuelle et clôturée par une orientation claire
  • En s’inspirant de la Civic Tech, nous avons ouvert une plateforme de contributions pour permettre à chaque badiste de faire des propositions sur un ensemble de thématiques
  • A l’instar du mouvement des colibris, il est envisager de recourir au tirage au sort pour impliquer les badistes dans la vie fédérale. C’est aussi le cas de la convention citoyenne pour le climat. C’est un levier d’activation de l’intelligence collective

Les grands mouvements sociaux de ces dernières années montrent que les citoyens souhaitent être associés au processus de décision. Il ne faut pas tomber dans la démagogie : on ne satisfera jamais tout le monde. Mais il faut permettre à chacun et chacune de comprendre les enjeux et de s’exprimer pour faire émerger de nouvelles solutions.

Pour des élections qui nous rassemblent

Une élection fédérale ne devrait pas être une guerre de quelques mois où tous les coups sont permis. Il y a des divergences majeures entre les différents projets, mais il y a nécessairement des points de convergence. Alors pourquoi ne pas travailler ensemble à ce qui nous rassemble, plutôt que constater ce qui nous sépare ?

Une fédération doit par définition fédérer. Alors pourquoi les différentes listes ne travailleraient pas ensemble à un socle commun ? Et lorsque ce n’est pas possible au sein d’une discipline, pourquoi ne pas le faire entre disciplines ? Les valeurs du sport ne sont effectives que lorsqu’elles sont partagées.

L’ADN de notre candidature aux élections fédérales est l’impact sociétal du sport. Nous nourrissons donc le projet de travailler à la construction d’un collectif de candidats dans plusieurs fédérations partageant cette même vision. Chaque discipline est spécifique mais il y a nécessairement des valeurs en commun.

Un véritable projet de société dans lequel le sport est un vecteur effectif de santé, d’éducation, de cohésion, de résilience pour les territoires et pas seulement un produit de consommation, telle est notre ambition. Cette ambition se réalisera avec le concours de l’ensemble des badistes : TOUS Badminton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *