A2S5 : ce que nous réserve le sport en 2017

Il en est encore temps, alors j’en profite pour vous souhaiter une excellente année 2017, faite d’épanouissement sur les terrains de sport et en-dehors. Une fois n’est pas coutume, je vais faire un vœu, celui d’une année 2017 où le sport prendra pleinement sa place dans la société au travers des échéances importantes qui s’annoncent.

Le grand absent de l’élection présidentielle

2016 aura été marquée par de nouveaux attentats sanglants destinés à fragiliser toujours plus une société française en mal de repères. Mais cette année écoulée aura une nouvelle fois démontré à quel point le sport était un facteur de cohésion sociale, rassemblant au-delà des origines et des cultures pour soutenir un même pays. Au-delà des dérives du football (entre salaires démesurés, même en Ligue 1, affaires de mœurs, ou irresponsabilité sociétale), l’Euro 2016 aura été un succès populaire (et même économique à en croire le récent rapport du CDES). De la même manière, les Jeux Olympiques auront réuni des millions de spectateurs aux terrasses des bars et devant les écrans.

Et pourtant, en décortiquant les débats des primaires « de la droite et du centre » et de la « belle alliance populaire », je n’ai pas trouvé de traces d’un échange entre candidats sur la place du sport dans la société. Pire, le tissu associatif n’a été évoqué que pour traiter de la vague de froid. Rien sur les 1,3 millions d’associations animées par quelques 16 millions de bénévoles et grâce à 2 millions d’emplois au service d’environ 30 millions d’adhérents … Rien sur une dynamique tellement ancrée dans la société française qu’on finit par oublier qu’elle en forme peut-être l’essence même.

Mais peut-être que les élites politiques considèrent que le sport n’est bon que pour des masses abruties. Que ce n’est pas digne de considération en temps de crise, que le seul « vrai » problème est celui de l’emploi, que travailler est la principale source d’épanouissement. Ou peut-être tout simplement qu’ils n’y connaissent pas grand chose, issus d’une génération où les disciplines à l’école étaient moins variées. Toujours est il que pour eux, le sport semble une variable d’ajustement, avec tous les risques qu’entraînerait une baisse drastique du soutien public.

Quelques solutions

Différents acteurs essaient pourtant de remettre le sport à l’ordre du jour des débats. On notera en particulier les 15 propositions du groupe de réflexion Sport et Citoyenneté que je cautionne sans réserve. Il y a aussi l’initiative de la société de conseil Olbia avec ses 8 débats sur l’avenir du sport français. Il y a bien sûr l’enjeu de l’attribution des JO 2024 (voir ci-dessous). Mais il manque surtout la présence dans le débat public de sportifs engagés, avisés et responsables. Combien se sont exprimés dans les médias, si ce n’est le monde de la boxe pour montrer un exemple de réussite collective ?

Alors éduquons nos sportifs pour que demain ils deviennent les porte-paroles d’une nation en bonne santé et altruiste. Aujourd’hui, la notion « d’être français » est floue pour des jeunes plus sensibles aux réseaux sociaux et à la presse « people » qu’aux discours de leurs enseignants. Il devient donc nécessaire d’aider le ministère de l’éducation nationale à jouer ce rôle, en jouant la carte de la continuité pédagogique. A condition que le monde éducatif soit prêt à laisser entrer les associations dans ses murs. A condition que les dirigeants associatifs prennent pleinement conscience qu’ils ont un rôle qui va au-delà de la seule pratique.

Des initiatives ont vu le jour pour favoriser cet échange : 2016 avait été l’année du sport de l’école à l’université, 2017 sera celle de l’olympisme. Autant d’occasions de créer une transversalité entre les différentes composantes de la vie des enfants et faciliter son évolution en tant que citoyen. Aux acteurs de terrain de jouer le jeu, main dans la main.

2017 : un calendrier chargé, une année charnière ?

2017 sera donc l’année des élections présidentielles, mais pas seulement. L’ensemble des instances olympiques et sportives renouvellent leurs dirigeants, avec des instabilités potentielles. En point d’orgue, il y aura le 13 septembre. Quelle que soit la décision du CIO quant à l’attribution des JO 2024, le monde du sport changera. Si la réponse est négative, je ne donne pas cher de la peau des subventions d’Etat au monde du sport. Quand on voit que le gouvernement anglais a décidé d’arrêter intégralement la fédération de badminton pourtant revenue avec une médaille de Rio, on a de quoi s’inquiéter en France.

Si la réponse est positive, l’aspect économique sera vraisemblablement consolidé mais il y aura surtout une opportunité à ne pas laisser passer. Cela laissera en effet 7 ans aux fédérations pour animer les territoires vers l’horizon olympique. Le comité d’organisation de Paris 2024 a érigé le développement durable comme principe de base pour sa gouvernance. Aux acteurs de terrain de faire tomber les barrières pour étoffer leurs projets. L’acquisition de la technique est une composante inhérente à la pratique sportive. Mais rien n’empêche d’enrichir la vie associative par des projets socio-éducatifs en donnant aux jeunes tous les outils pour être les citoyens de demain, en donnant aux adultes des activités épanouissantes au service de la communauté. Si chaque structure sportive n’acte pas la création d’un poste (bénévole ou salarié) dédié à la citoyenneté d’ici 2024, je pense qu’on aura loupé quelque chose.

En parallèle de ces enjeux pour l’avenir du sport en France, on aura aussi de quoi vibrer. Il y aura les événements récurrents (Roland-Garros, le Tour de France, les internationaux de France de badminton, …). Il y aura aussi, dans le cadre de la politique d’accueil de grandes manifestations sportives, de grandes compétitions en France :

SportTypeDatesLieux
HandballChampionnat du monde masculin11-29 janvierAlbertville, Brest, Lille, Metz, Montpellier, Nantes, Paris (Bercy), Rouen
Hockey sur GlaceChampionnat du monde masculin5-21 maiParis (Bercy)
SurfChampionnats du monde21-28 maiBiarritz
AthlétismeChampionnats d'Europe par équipes23-25 juinLille
LutteChampionnats du monde21-26 aoûtParis (Bercy)
BMXChampionnats d'Europe13-16 juilletBordeaux
Ski nautiqueChampionnats du monde3-10 septembreChoisy-le-Roi
Canoë-KayakChampionnats du monde23 sept. - 1er oct.Pau

Tout a merveilleusement bien commencé avec la quinzaine victorieuse du handball masculin. Une ambiance unique et une victoire finale qui fera peut-être oublier la couverture télévisuelle honteuse de cet événement à domicile (3 matches télévisés seulement). Alors en complément du vœu sur l’engagement citoyen du sport, je souhaiterais que 2017 offre de magnifiques émotions grâce au sport, avec une couverture médiatique équitable entre tous les sports, afin de satisfaire les attentes des supporters français et mettre en valeur la diversité des disciplines sportives. C’est dans cette optique que la ville de Marseille s’est portée candidate pour devenir capitale européenne du sport en 2017. Souhaitons leur bonne chance dans cette belle aventure !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *